Ce qui n'existe pas insiste

Michel Tournier

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Principes autorégulateurs pour bâtir un monde plus écologique Proposition des lignes directrices pour se regrouper.

masque  monsieur Michu — 15/12/2016

 

Nous citoyensEs préoccupés de l’avenir du Monde et de la planète décidons de nous regrouper pour porter des propositions à la hauteur des enjeux actuels.


Les temps sont venus pour considérer que la manière de parvenir à des résultats est au minimum aussi importante  que les mesures qu’il faudrait prendre.
Nous estimons que toute situation est au minimum une interaction permanente (d’aucuns disent systémique) entre une visée, des moyens et des façons de procéder.

 

La visée est au moins autant temporelle que spatiale. Quelles sont les bonnes échelles de temps et d’espace pour parvenir à une humanité plus respectueuse de la finitude  de nos ressources et des équilibres fragiles à considérer ? Le fait que cela ne soit pas une question facile, n’oblige pas à dire et à faire n’importe quoi.

 

Dans notre représentation du monde nous estimons, en première approche, qu’il y a à distinguer 4 grandes attitudes complémentaires. Celle de l’exécutant, celle du décideur, celle du novateur et celle de l’Homme face à l’incertain. Attitudes qui se combinent de façon différentes selon les phases d’un processus, selon que nous soyons dans la survie ou la vie.

Nous savons toutes et tous que sans confiance, lucidité, risque et flottements nous ne pouvons bâtir du sérieux. Pas de bon exécutant sans confiance, pas de Leader sans lucidité, pas de créateur sans prise de risques et pas d’affrontements de l’incertain sans flottements. Idéalement notre programme pourrait considérer que chaque être humain puisse vivre au cours de existence ces 4 postures et ce plusieurs fois, pour mieux saisir en quoi elles ont besoin les unes des autres.

Cela suppose que nous ayons limité les démarches perverses, les formes d’asservissements, les manipulations, les prises de pouvoir arbitraires, les violences inutiles. Ce qui, chacunE en conviendra n’est pas un mince programme.

 

Nos démocraties menacées par nos folies productivistes, les violences inouïes que subissent certains peuples et êtres humains ; les tentatives de soumission à une seule religion supposée tout régler, les fraudes multiples impunies, les absences de régulation dignes du niveau de complexité auquel nous sommes parvenus, doivent impérativement se structurer autrement.

En première approche, il apparaît qu’il faille accepter de ne pas être parfaits, de ne pas avoir de réponse à tout, tout en étant vigilant face à l’inacceptable et ce qui nous détruit.
L’inacceptable a à voir autant avec des croyances comme « no futur », « Demain on rasera gratis », …. Qu’avec des exactions largement connues et insuffisamment  jugulées.

La vigilance devrait se porter sur le fait que nous devons sortir des dualités bons-méchants, … pour focaliser notre regard et notre action sur les processus qui améliorent les choses.
Nous proposons de regrouper les choses autour de thèmes majeurs qui comme des poupées russes contiennent tout ce que l’on peut imaginer

 

Que mettre en place pour que ChacunE

  1. Puisse quérir les informations  et savoirs nécessaires à ses objectifs constructeurs, en minimisant les nuisances de personnes plus ou moins conscientes qui produisent de fausses nouvelles ?
  2. Soit en meilleure santé physique, morale et conceptuelle, sans jouer aux apprentis sorciers avec des techniques modifiant les lois connues de l’évolution ?
  3. Puisse vivre, sans se sentir menacés chaque jour et donc puissent réduire le pouvoir de celles et eux qui ne jouent pas ce jeu.
  4. Ait acquis une vision suffisante, une perception appropriée et les moyens nécessaires  pour se sentir utile dans le cadre d’une finie, sur une planète finie.
  5. Soit en capacité d’évaluer et de réduire les dysfonctionnements manifestes.

 

A ce propos,  ils mettent en commun tout ce qu’ils jugent nécessaires,   refusent d’écrire des statuts, considèrent que la noblesse des objectifs et la bonne humeur obligatoire pour les atteindre empêchera des parasites de les détruire, produiront tout document à l’unanimité des accords et désaccords recensés.

 

 

Commentaire(s)

Mich?le, le 15/12/2016 16:59:19

ce texte est excellent et je l'adopte.

Antoine Valabregue, le 15/12/2016 22:33:13

Merci de communiquer vos coordonn?es si vous souhaitez qu'on travaille ensemble.

Lionel, le 17/12/2016 20:46:32

Ce qu'il faut c'est prendre le pouvoir et avoir la main sur les médias et l'éducation

Maintenant reste à savoir comment le prendre ?

Comme les autres, en mentant ou en arrangeant la vérité? En promettant sachant qu'on ne pourra pas tenir? ou encore en déguisant se qu'on veut faire de manière à le rendre acceptable à la plus grande partie de la population, ou encore en lui donnant envie ?

Une certitude, c'est que tant qu'on se conduira honnêtement, tant qu'on offrira un futur triste ou négatif; nous n'atteindrons jamais nos objectifs

Nous sommes en concurrence et si nous voulons nous en sortir il faut adopter, un temps seulement, les règles des autres et nous comporter comme eux, ne plus être angélique quoi !

Savoir déguisé, mentir, etc. perso je ne sais pas faire, mais ça doit s'apprendre ?

A mon humble avis si on continue avec nos seules règles à nous, autant laisser tomber tout de suite, et profiter de tout avant de subir définitivement

Voilà