Si l'on peut discuter de la frontière entre un escroc et un commerçant malchanceux pris la main dans le sac, il n'y a pas de frontières ...
bernard Maris

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Méditation sur la situation

masque  Valabregue Antoine — 05/08/2016

Nous sommes en face d’une situation préoccupante, à tous les points de vue.  En voici quelques exemples.

  • Questions écologiques, de climat, de pollutions en tous genres de l’eau et de la terre, de déforestations non maîtrisées. Déni du caractère limité de certaines de ressources et de la surpopulation.
  • Agglomérations géantes non conviviales, non résilientes, laissant  prospérer des zones de non droit, incapables de proposer une activité à tout le monde.
  • Ultra riches planqués dans des paradis fiscaux et vivant dans des zones protégées.
  • Technologies capables de modifier le vivant.
  • Etc..

Et en plus nous sommes face à une contestation violente du  mythe de la liberté, qui irrigue tant bien que mal la planète depuis des siècles.  Mythe qui a promu l’abolition de l’esclavage (non encore atteint partout), de la peine de mort, la réduction des discriminations en tous genre et pousse au droit de vivre à sa façon, du moment qu’on respecte l’autre.

Une des formes avancées  de cette contestation est ce Djihadisme mortifère qui se nourrit bien sûr des innombrables suffisances, violences  et conneries des actuels maîtres du monde, mais qui a une existence propre et une façon de vouloir nous écraser qui ne va pas se régler à coup de bougies et de déclarations d’amour, ni non plus de discours «  c’est nous les coupables » !

Je renvoie à cet article bien argumenté sur la situation.

http://www.atlantico.fr/decryptage/scenario-noir-au-pire-pire-pour-en-cas-attaques-terroristes-incessantes-que-peut-vraiment-esperer-gagner-etat-islamique-2784222.html#PoaUmWcigTwihgls.01

Ainsi qu’au collectif  https://collectifculturecommuneblog.wordpress.com/,

qui analyse bien de rôle idéologique  de Qutb, dans la situation.

Il serait aussi intéressant d’examiner ceux qui ne passent pas à l’acte :

http://www.lesinfluences.fr/Djihad-ces-sympathisants-qui-ne-passent-pas-a-l-acte.html

 

 

Non seulement cette forme  de Djihadisme va réussir à souder les musulmans, avec de faibles moyens,  mais encore il va servir à renforcer la sécurisation généralisée et le contrôle numérique  sur tout le monde.

 

Ce qui me  préoccupe, ce sont les messages innombrables défendant le fait que c’est l’Occident qui est responsable ! On avait vu poindre cette position, après la tuerie de Charlie. Les massacres de juifs sont de plus « oubliés » par les ceux qui veulent réformer le culte Musulman en France. (http://www.danielsibony.com/)

Il a un total aveuglement sur la situation qui est effarant et une intégration de la soumission ! Bravo Daesch.
Pas un nu ne peut passer sur Facebook, mais les décapitations pas de problème !

Entre désarroi et certitudes, une position est à élaborer.

Il me semble que la situation se caractérise par une absence manifeste de dialogue, conjointe à une multitude d’efforts pour écraser de son mépris celui qui ne pense pas comme vous. Une fracture profonde apparaît entre ceux qui se plaignent en attendant le « sauveur » suprême et ceux qui construisent pas à pas les conditions d’un monde plus attrayant.

Cette absence de dialogue a des causes plus profondes que nous avons du mal à identifier.

Il y a une sorte d’injonction à vouloir résoudre rapidement des problèmes qui se sont installés sur des décades, voir des siècles et qui éclatent, suite  à la phase de réorganisation générale du monde dans laquelle nous sommes. Phase qui est une mutation vers une liberté plus respectueuse des contraintes largement sous estimées.

Ou bien nous parviendrons à instaurer cette liberté écologique ou nous serons remplacés par des robots insensibles qui seront programmés pour éliminer toute forme de contestation sensible. Les guerres qui pourront survenir ne changeront pas grand chose à cela.

 Il y a, nous semble t-il deux grands dangers

  • Le temps immédiat et émotionnel  qui prend trop de place et nous ne permet pas de renverser la vapeur. Plus nous cédons à cette injonction, plus mal, nous serons.
  • La recherche des causalités plutôt que l’attention à la résonance globale des multiples interactions du monde, à ce qui se passe et à fermer les écoutilles sur d’autres approches.

Tout cela augmente le bruit et ne facilite pas la mobilisation. Je suis frappé par la frénésie des messages postés, au détriment de dialogues qui seuls peuvent conduire aux ajustements nécessaires.

Commentaire(s)

Mangouste, le 05/08/2016 13:58:56

Quelques soient les (innombrables) causes de la situation préoccupante que nous connaissons, l'urgence est de fabriquer du dialogue, de définir les conditions (tant psychologiques et épistémologiques que politiques) de l'échange constructif et vrai permettant une élaboration collective plus juste des orientations sociétales.

Marisa, le 07/08/2016 09:24:41

dans cet article posté tu fais la part belle à l'actualité ; pourquoi pas ; pour ma part je suis bien incapable d'analyser dans le moindre détail et de remédier aux évènements à mon niveau : je suis noyée ; noyée parce qu'une grande partie des évènements vécus ailleurs et ici : je ne les maîtrise pas ; par contre je peux témoigner de la dégradation à tous les niveaux de notre société et de la violence subie quotidiennement qui produisent dans de nombreuses sphères de nos activités : soit du renoncement, soit de la maladie psychique, soit de l'isolement, soit de la maltraitance même dans des secteurs d'activité où cette violence ("en réunion" ou individuelle) devrait être bannie ; maintenant il existe aussi des multitudes d'épiphénomènes qui prouvent la résistance de certains à faire face et à remédier ; écoute/échange me paraît être la première marche ; pour ce faire il faut accepter de prendre du temps, cesser de maîtriser, être curieux et créatif, rester humble... tout ce qu'on ne valorise pas aujourd'hui. Mais pour revenir au sujet principal levé dans cet article (le Djihadisme), nous pouvons remercier la politique étrangère et guerrière de la France depuis le dernier conflit irakien et sa frénésie à vendre des armes qui reviennent sur son sol ; de sa politique en matière nucléaire qui lui fait vendre des centrales en Europe et revenir les déchets qu'elles produisent dans son sol (stockage) ; de la désespérance de sa jeunesse qu'elle regarde partir en guerre contre elle sur d'autres sols ; mais quand tout cela va-t-il cesser ?

Utilisateur Anonyme, le 13/08/2016 18:02:07

Un discours sage pour rappeler que le dialogue est toujours possible pour autant que l'on se donne le temps .... car aujourd'hui tout le monde court tout le temps même les retraités sont débordés par l'activisme . Mon expérience de "dialogue" assez dense avec la "communauté musulmane" est cependant celle d' une écoute purement diplomatique car cette communauté prétend aujourd'hui être la seule à connaître LA Vérité du Sens de la Vie ....En ce qui concerne la genèse de cette nouvelle catastrophe idéologique, lire Bernard Stiegler