l'espoir et la crainte sont des vertus d'esclave

Aristote

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Pour une révolution écologiste de l'Education.

masque  Valabregue Antoine — 23/05/2015

Si nous rentrons dans une nouvelle ère où les questions de l’information, de l’innovation et des évaluations de la pertinence de ce que l’on met en place,  deviennent essentielles, alors il n’est pas stupide d’imaginer de recentrer les batailles écologistes autour d’un projet éducatif global, digne de nom
En ce sens la révolution à opérer devrait adopter quelque principes systémiques chers aux écolos, en oeuvrant à tous les niveaux à fois.

A un moment où la faillite d’Areva symbolise celle de nos élites, où ça « patine » à tous les niveaux, il est grand temps de réaffirmer les principes d’une nécessaire  révolution  de la formation des citoyens qui ne soit plus uniquement confiée à l’école.

 

  1. La question de l’éducation, de la transmission des connaissances nécessaires pour pouvoir prendre les meilleures décisions possibles face aux défis de notre planète, concerne peu ou prou tout le monde. Elle doit donc mobiliser l’ensemble de citoyens et pourrait servir de ciment fédérateur d’un état d’esprit écologiste sensé et émancipateur, jouant du local et du global.
  2. L’erreur majeure serait de croire qu’au motif qu’au motif du temps nécessaire aux évolutions majeures, il ne faille qu’entreprendre des réformettes. La révolution doit s’opérer de tous les côtés à la fois, des crèches à la formation continuée en passant par l’université. En dégageant des échelles de temps fondées sur un consensus le plus possible.
  3. La révolution à opérer devrait instituer un dispositif de régulation qui veille comme à la prunelle de ses yeux
    1. à l’existence d’une offre diversifiée, encourageant une excellence reconnue dans chaque domaine, aucun n’étant considéré comme mineur, se préoccupant des rythmes différents de chacun.
    2. à l’abandon du délire de croissance illimitée pour re-instituer  une prise en considération de la finitude et des cycles fondamentaux du vivant.
  4. La révolution à opérer doit graver au fronton de ses établissements une devise du genre «  n’oubliez jamais que la responsabilité des humains, est de perpétuer l’aventure de la conscience. Ceci suppose de cultiver des aptitudes à penser le sens, à percevoir sensiblement  les différences et à réaliser  ce qui a été décidé».
  5. La révolution doit toucher tous les corps institués présents, du ministre au nettoyeur de surface, et proposer des pistes locales et globales, girondines et jacobines dirait Philippe Meirieu.
  6. Elle devrait offrir un programme commun de connaissances et pratiques minimum obligatoires en plus du Français et de l’anglais  pour créer de la cohésion ( les grandes fonctionnalité des espèces vivantes, les principales lois de l’univers, les bases mathématiques d’une première L, un éclairage sur les différences culturelles et religieuses, un récit de l’histoire de France, une connaissance de la terre, une alimentation équilibrée,  les grands principes du droit, les grandes écoles des écoles de philosophie, la connaissance de ses processus, une capacité à identifier les meilleures pratiques corporelles correspondantes à sa singularité, du bricolage minimum, un panorama des formes artistiques mondiales, une sensibilisation aux principales écoles de musique, du chant, une connaissance de la relaxation et de la respiration, une éducation au beau, une capacité de s’interroger sur les points noirs de l’humain, à être bienveillant à repérer ses croyances et convictions de bases et celles des autres, à pouvoir gérer un minimum les conflits. Elle devrait s’engager à ce que chaque personne ait une activité qui lui convienne. Les réajustements à opérer, si un déficit ou un trop plein survient dans un domaine deviennent alors une des préoccupations majeures : ils doivent s’opérer par une régulation négociée entre l’ensemble des personnes concernées
  7. On crée pour cela des Maisons de la Transmission sur l’ensemble du  teritoire, où pourront s’y croiser toutes les générations et toutes les compétences : des assistantes maternelles avec des profs de fac, des ouvriers et des ingénieurs, des praticiens et des chercheurs… Le contraire de la division  sociale des tâches et du travail. Deux maîtres mots : la coopération à tous les étages, et  la résolution des conflits. Chaque unité de la transmission veille à ce qu’il y ait un encadrement des petits par les grands des moins sages par les plus sages, des moins  habiles par les plus habiles, des colériques par les calmes, des jeunes par les vieux, des nouveaux venus par  les plus anciens. Parallèlement, elle se donne comme intention  de réaliser ses objectifs spécifiques. et comme moyen d’y parvenir la reconnaissance de l’expérience citoyenne.
  8. La direction des établissements sera constituée pour partie de professionnels issus des collectivités locales, des entreprises, des administrations et des syndicats  et pour partie de citoyens élus, dans les associations, sur la base de projets (Collège d’animation). Un organisme incontestable (Collège d’évaluation), sera chargé de l’évaluation et des propositions de réajustements nécessaires et aussi de faire connaître tout ce qui réussi.
  9. La période de transition vers ce dispositif devra faire l’objet d’un consensus et pourrait durer une génération ce qui ne paraît pas démesuré. Les citoyens seront grandement sollicités pour réaliser cette révolution qui devrait être plus prégnante que l’édification des cathédrales. Ils pourront proposer leurs  activités notamment de tutorat et devront y être supervisés. Un vaste plan de formation de l’inspection générale sera créé. Au programme  visite des zones de non droits et des poubelles du monde, neuro-sciences de pointe, pratiques corporelles et méditatives, le best off du collège de France…

10.Le mode institué d’un cursus sera  un mixte d’unités unités capitalisables et de projets multidisciplinaires. Avec traitement des populations maltraitées et ou  en souffrance.

11.Idéalement ces maisons de la transmission pourront aussi servir de centre de bourse des achats intelligents, de sensibilisation à l’autonomie alimentaire, de réservoirs républicains d’élus, etc…

12.A terme tout doit être fait pour que chaque habitant du territoire puisse accéder à terme en moins de 30 minutes à une maison de la transmission, en développant des réseaux de transports non polluants.

Tribune reconfigurée avec l'aide Jean Marie Quairel

Commentaire(s)

Utilisateur Anonyme, le 24/05/2015 19:49:12

Beau r?ve, ?norme chantier!!!

Benjamin S., le 07/06/2015 13:41:37

Tout ça me fait un peu penser à la pensée du président Mao.

J'étais hier soir à l'anniversaire d'un de mes élèves acteur, Pierre, carrossier de son BTS, qui a une évidente difficulté à lire. Un gamin de 22 ans, beau comme un Dieu, souriant à la vie, bref une force Gargantuesque !

A vingt heures, tous en étaient à environ 14 bières, ce sont des jeunes qui se défoncent à l’alcool, pas au pétard.

Vingt cinq mecs, de 21 à 27 ans, tous BTS ou compagnons, chaudronniers, soudeurs, carrossiers, tous travaillant pour l’aéronautique à Toulouse, se baladant de boite en boite d’Airbus à Aéorospace, Le plus âgé avait été dans l’armée en Afganistan.

Des jeunes très sympas, tous faisaient de la muscu à mort et étaient bâtis comme des athlètes.

Transmission zéro. Leurs pères pour la plupart étaient vieux, 65 – 70 ans, leurs mères plus jeunes, 50 ans. Nous avons parlé de l’expérience, de la transmission. En ce qui les concerne elle est faite par le compagnonnage, d’où la pratique virile de la beuverie et du bras de fer. Se mesurer à une endurance totale du corps, et de l’esprit ivre. Et puis l’expérience, à chacun la sienne.

Ces jeunes sont payés entre 1200 et 2000€. Ils constituent un prolétariat ouvrier. Ils vont construire les aéronefs de demain qui nous emmèneront vers la ceinture d’astéroïde, pour extraire de quoi aller plus loin. Les conditions humaines seront assez insensées, et n’auront plus rien en commun avec ce qui préoccupe l’auteur du texte que je commente . Nostalgie post moderne que ce projet aux accents staliniens. Mais pourquoi pas ? Les verts devraient s'allier avec Marine la bleu, car le vert et le bleu ne s’épousent il pas ?

Mao préconisait de faire travailler les intellectuels à la campagne. C’était idiot, mais…Moi je préconiserait de ne plus former de profs

N'oubliez jamais que la responsabilité des humains, est de perpétuer l’aventure de la conscience. Cela suppose de cultiver des aptitudes à penser le sens, à percevoir sensiblement les différences et à réaliser ce qui a été décidé.

Non !

Ne réalisons pas ce qui a été décidé. Suivons l’ inconscient. Soyons irresponsables, enfin.

Arrétons de former des élites, bordel, suivons la poésie qui est comme disait Pasolini la vrai Loi.