La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions.

Freud

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

"La voie du Dialogue" pour 2015 ?

masque  Valabregue Antoine — 25/12/2012

Quoi de plus émouvant que ce sourire d’une inconnue, perdus que nous étions, Bernard et moi, dans la périphérie des usines Renault de Flins, par une belle matinée de décembre. Un immense sourire et une parole qui nous ramène vers le chemin de notre sport de « vieux », le golf. Le golf où chaque pensée parasite, torpille la trajectoire de la balle et où chaque contact juste avec la terre, le vide et son corps procure un indicible plaisir.

 

Une année s’écoule avec son cortège de joies et de douleurs, d’êtres chers disparus trop tôt dans la galaxie, d’espoirs et d’exaspérations.


J’écoute la Norma de Bellini,  par la divine Callas, un après-midi de Noël, mon esprit est en dialogue avec Saint Exupéry à Cap Juby, dans le désert marocain. Saint Exupéry, le marabout qui tutoyait Dieu,  comme un homme plein de courage et qu’on appelait le commandant des oiseaux. Saint Exupéry qui évoque dans « Terre des hommes », les moments où « nous nous étions enfin rencontrés » avec ces autres égarés du désert.

 

La « voie du dialogue » est le titre de l’essai que je travaille depuis des mois, en tentant d’alchimiser  les mille et unes facettes de la perception que je me suis forgée sur les hommes  et les femmes et l’état de la planète.

 

Cette voie est une telle évidence, depuis un certain Mai 68, que je m’interroge pour savoir pourquoi j’ai pu errer en oubliant parfois  sa grandeur et son caractère irremplaçable.

 

Pauvre de nous submergés, que dis-je, rétrécis, anéantis par la toute puissance de la communication asservissante qui nous fait  trop souvent répéter comme des imbéciles, le moindre message qui nous arrive et vient caresser dans le sens du poil nos crédos.
Pauvres crédos, brinqueballés par les billes qui nous servent  de représentants, imbus de leur expertise, incapables d’écouter ne serait-ce que la moindre plainte du citoyen lambda qui s’adresse à eux !

Plaintes qui ne sont que la face cachée de notre difficulté à partager nos petitesses.
Plutôt que de se gonfler les roudoudous à dire que nous avons enfin trouvé le cap de la félicité, ou plutôt que de se replier dans de minuscules territoires compensatoires, partageons nos hésitations, nos doutes, notre médiocrité, pour retrouver la sève de notre existence et ouvrir le champ du possible.

 

Chacun le sent, peu ou prou, il est difficilement concevable que notre époque fasse l'impasse sur l'élaboration d'un autre "moi" responsable qui a été un des fleurons de la révolution française.

 

Le concept du moi se dégage à travers les siècles, voire les millénaires, puisqu'il apparait chez les premiers philosophes antiques, avant de s'exprimer en creux chez les peintres de la Renaissance.  Il se dégage ainsi lentement de la figure de Dieu auquel la soumission est de règle, tellement nous manquons de connaissances  et de courage pour nous y opposer.

 

Il n'est guère étonnant alors que cette figure du moi débouche sur un moi surpuissant, fier  d'être capable d'inventer des formules du monde, à l'image de celle de la théorie des  probabilités qui fait flores ces derniers temps, fier d'inventer des imprimantes en trois D, capables à terme de relocaliser la fabrication de certains objets, donc de modifier les équilibres planétaires, fier de disposer d'un système nerveux central à l'image du Net.

Tout un chacun est capable de repérer l'ombre portée de ces avancées majeures. Elle a pour nom, la grosse tête, le flicage général,  le gaspillage généralisé des ressources et bien d'autres horreurs encore.

Saurons-nous capable de porter le souffle d’une posture radicale et bienveillante, dégageant l’essentiel de l’accessoire ? Alors que les socialistes ont échoué ?

 

Si L'Europe est incapable de passer à une vitesse supérieure, alors qu'elle a tous les ingrédients intellectuels dans son histoire pour le faire, qui va le faire ?

 

Le débat entre Nature et culture n’est-il pas ce qui structure les rapports franco-Allemands et indique en creux la sortie vers un monde vraiment écologique, au sens où il pourrait mettre le geste adéquat au creux de la main de chacun d’entre nous ?

 

Comment sortir du "moi" surpuissant ou haïssable ? Comment sortir d'une tentative d'hégémonie d'un terme (culture ou  nature) sur l'autre ?  La tâche paraît rude, elle est pourtant essentielle. Nous en avons esquissé les prémisses dans la " voie de l'individu attentionné", permettant de dégager un être manifestant un autre rapport au pouvoir parce qu’il possède un autre rapport au temps. La démonstration de la chose n'étant pas l'objet de l'ouvrage.

 

Il est crucial de ne pas se tromper d'échelle de temps.

 

La première partie de l'humanité s'est déroulée dans une vision d'un temps répétitif qui était la réponse à la croyance en un dieu tout puissant. Cette croyance s'estompant, est apparu un temps linéaire infini que nous ne parvenons plus à contenir.  Dieu chassé par la porte est réapparu par la fenêtre de la science.

« Etre contenu », « contenir » ont scandé les épopées humaines.

 

De quelle façon vivre et promouvoir une autre voie en jouant des deux temporalités simultanément ? Voilà la question centrale.

Elle ne pourra s'inscrire dans la réalité qu'au travers d'un processus que je propose de nommer la simplexité.

 

La simplexité désigne le dispositif  intérieur et extérieur mis en place  par chacun  pour réduire la toxicité de notre monde afin que nos sociétés parviennent à une meilleure attention à tous  et à l'environnement.

 

Si l'industrialisation désigne le processus d'organisation de  la consommation, où tout est fait pour augmenter la jouissance, compenser l'angoisse de la mort, alors la simplexité désigne la voie d'intégration du cyclique et du linéaire.

 

Il est communément reconnu que chaque individu fait au mieux de ce qu'il peut, étant supposé qu'il a identifié ses intérêts et n'est pas suicidaire. Peut-on dire la même chose d’une société ? Les logiques d'un collectif ne semblent pas opter pour les mêmes principes que celles d'un être singulier, comme s'il manquait une dimension de l'intelligence à un collectif ?

Pourquoi ne pas la créer, ensemble !

 

 

 

Commentaire(s)

Erick, le 26/12/2012 09:42:30

Cette création de l'intéligence collective entre individus part d'une démarche de dialogue, d'écoute des divergences, de tolérance de la diversité, de constats de la situation clairement identifiés et partagés au sein de la voix du dialogue dans un monde au pourtour sans cesse en mouvement.

Cette création de l'intelligence passe par une vision globale et un partage transversal des responsabilités et du travail hors du schéma dominant pyramidal d'un pseudo modèle de commandement où l'individu prend le collectif comme levier personnel.

Cette transition comportemantale d'un collectif au service d'individus vers des individus, éléments fondateurs d'un collectif intéligent demeure un passage à mettre en oeuvre par l'éducation, la pédagogie, l'exemplarité que nous devons apportées.

Erick

Jean-Luc, le 26/12/2012 14:25:39

On a chassé Dieu mais, du coup, chaque "moi" se trouve isolé et dépourvu de transcendance. Retrouver cette transcendance, individuellement, expérimentalement, loin des dogmes et des systèmes, me paraît une voie pleine de promesse. En effet, c'est par l'universel, autre nom de la transcendance, que chaque "je" peut retrouver un autre "je" dans tout autre...

Passez de bonnes fêtes !

Benjamin, le 28/12/2012 12:51:06

Quelle prose ! On dirait que notre homme tel un gant se retourne, retrouve l'émotion, le dialogue avec soi, le golf le transforme à n'en point douter, ce sport a l'air radical. Peut être l'intelligence tient elle dans cela : mettre la balle dans un trou, le ballon dans des cages, ou dans un basket, quelque part dans les terrains encore vagues du Bronx.

Je ne crois bien sûr pas au collectif et ce n'est pas faute de l'avoir pratiqué, et de n'avoir pratiqué que ça ! Les anciens de la belle époque ont tous redécouvert les douceurs de l'argent, et laissé leurs idées sur les bancs des squares. Le petit Marcel rebricole son temps perdu, avec de la nostalgie en rose, et de l'utopie bleue. Putain Antoine tu as failli me faire pleurer, tu es sur la bonne voie, mais il faut que tu te débarrasse enfin de tout et que tu partes dans le désert, à pied. C'est là où saint ex a rencontré Dieu.

J't'embrasse.

Utilisateur anonyme occasionnellement régulier

Utilisateur Anonyme, le 28/12/2012 23:43:02

Merci !

Bises italiennes,

Caro

jean marie, le 02/01/2013 17:32:39

Un beau texte inspiré par les souffles de l'esprit et de l'amour conjugués....Merci Antoine ! Je reste convaincu qu'il est possible de créer du collectif , en favorisant la dimension d'intelligence et la logique de développement des êtres singuliers ...Un collectif qui favorise l'épanouissement de chacune et chacun : C'est le défi des années à venir , de développer une "conscience de soi" attentive et harmonique, avec les autres....car "je est un autre" selon A .Rimbaud et parce que nous avons toutes et tous , en nous , une part de Dieux , plus ou moins dissimulée ...Le travail d'une vie est d'aller la chercher ...

Utilisateur Anonyme, le 03/01/2013 15:58:58

Cher semblable,

Je te félicite pour ta plume qui fait de toi un réel Acteur de demain.

Elle à l'honneur d'exister et joliment ( Bejamin ;)

Sans Consonances politique ni religieuse, il est difficile de rassembler sous une même bannière et faire le consensus...

Le "pouvoir" évoqué doit reprendre son sens réel au sein des habitants à l'échelle locale.

Cela bousculeras pas mal d'habitudes bien ancrées et mettra les lobby sur les dents.

L'économie de marché s'en trouvera Amer...

Vas y, casse les murs

lA BIENVEILLANCE de l'action mène à l'accomplissement.

Nous lèverons des armés populaires animés de Bienveillance

pour leurs semblables humains

Bravo

Utilisateur Anonyme, le 03/01/2013 16:54:31

http://www.dailymotion.com/video/xohmjn_le-dictateur-discours-final-charlie-chaplin_news#.UOWkdKN5mSM