Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination.

Proust

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Principes fondamentaux à instaurer pour que l'Ecologie politique soit plus crédible.

masque  Valabregue Antoine — 20/03/2011


Voici quelques pistes pour mieux crédibiliser l’écologie politique. Pistes qui s’appuient sur une perception du monde en phase avec l’analyse prospective faite par Thierry Gaudin, dans la lignée de Gaston Berger à l’origine de la prospective moderne.

 

Les grandes évolutions de nos sociétés dont nous allons relever quelques traits saillants rendent impérieuses l’invention de nouvelles façons de faire de la politique, ne serait-ce que par le fait que la ville d’aujourd’hui n’a rien à voir avec la ville d’hier.

La ville est éclatée, le local est éclaté, les familles sont éclatées. (On n’a jamais eu autant besoin de vraie chaleur humaine et on a Facebook). Les oligarchies règnent en s’imaginant éternelles.

Lorsqu’à Athis Mons, par exemple,  on met en place des conseils européens pour débattre des questions de la ville, on est dans le » sujet », lorsque dans une AG parisienne d’EELV défilent les mêmes habitués ne parvenant pas à se nourrir des richesses de la salle, on est » à côté de la plaque.

 

Une véritable écologie politique prône des attitudes justes.

 

Bref regard sur le champ du spectacle.

Deux types de batailles émancipatrices ont structuré les mentalités et les partis à partir du 19 siècle.

  • Celles, autour de la rareté et de l’insuffisance  de la distribution des richesses.
  • Celles, plus symboliques autour de l’émergence de nouveaux désirs : laïcité, abolition de la peine de mort, droit à la jouissance, à l’intime,…) ; déclinaisons de ce que ma mère appelait «  le droit de vivre autrement ».

 

Elles se sont inscrites dans deux idéaux cousins : la croyance en la capacité de maîtriser la nature et sa vie.

Elles se sont déployées en engendrant des organisations pyramidales, l’usage des rapports de force, des pratiques maffieuses et des groupes d’influence.

  • Les réseaux mafieux qui n’ont guère changé depuis des décades. L’armement, les drogues, les multinationales, les groupes céréaliers, les groupes pharmaceutiques…Ils sont prêts à tout pour maintenir leur hégémonie. On ne peut  guère les quitter sans y laisser des plumes. Ils engendrent la peur.
  • Les réseaux d’influence qui, normalement, tentent de développer la conscience et sont parfois aussi ambivalents et involontairement les promoteurs de la peur ou de l’inconscience comme les médias  et Internet, les religions, les amicales des grandes écoles, les engagés de tous poils

Sans oublier touts ceux qui ne sont pas dans le film : les blasés ou indifférents  et « Les laissés pour compte » qui comprennent  les trop faibles psychiquement, ou concrètement  ou intellectuellement.

 

D’une façon assez générale, les réseaux d’influence ont construit les infrastructures et les groupes maffieux récupèrent la monnaie, les laissés pour compte trinquent.

Tout ce déploiement s’est fait simultanément à une revendication de droits depuis la Révolution française

 

Droits bien avancés, mais bien entendus pas encore appliqués dans tous les domaines (cfs les difficultés à se loger, à manger, à « trouver » du boulot  et à se former qu’ont encore beaucoup de gens). (Un des droits emblématiques est celui du RME, il suppose qu’il y  a suffisamment de richesses produites pour que personne ne soit sur le carreau-ou de l'instituer à l'aide de monnaies locales et:ou complémentaires ) De plus, avec la redistribution des richesses entre les pays émergents et les pays les plus riches, Le RME risque

d’avoir des applications difficiles. Et n’oublions pas non plus qu’une fois un droit inscrit, il faut du temps pour l’application il n’y a qu’à voir comment le droit opposable au logement a du mal à s’inscrire dans les faits, pour ne pas citer la loi SRU).

Néanmoins, même au niveau des droits, les batailles ne concernent plus seulement le manque, mais la profusion : par exemple, tout le monde est sujet au matraquage de l’info. De nouveaux types de droits  devraient émerger. Comme  « le droit opposable du citoyen  aux omissions, distorsions et généralisations abusives des médias –sous des formes à définir.

Il faut donc continuer à être vigilant, mais le rôle des écologistes est plus ample, puisque nous introduisons la notion de devoirs, d’efforts et de responsabilité. Car nous savons que ce ne sont pas des droits qui vont supprimer  toutes les formes de pollution, matérielle, psychique et conceptuelles.
Nous devons encourager des attitudes d’autodiscipline, des postures prenant en compte le caractère fini de notre planète et le plaisir de vivre un court passage

comme celles de la sobriété heureuse de Pierre Rahbi, comme celles sur le don et le contre don, en promouvant des formes concrètes de solidarité comme le service civique obligatoire…
Le troisième facteur essentiel à prendre en considération est la modification profonde de nos visions du monde suite à des évolutions en un siècle, comme l’humanité n’en a sans doute jamais connu.
Evolutions qui affectent le travail, la famille, les communications, le rapport au certain.

 

Faisons un zoom sur le travail

Tout le monde sait que le paysage a changé depuis les années 70 où la grande bourgeoisie de droite (et de gauche) a joué le capital financier et l’expatriation de l’industrie, pour une part par grande peur de la  généralisation de l’autonomisation du type LIP des usines. Tout en prenant  le contrôle des médias, et  du terrorisme (cf. livre de Sanguinetti).

Simultanément les formes de travail ont évolué.

Depuis Reich, ministre de Clinton, les activités sont regardées autrement.

Il semble important de distinguer

  • les activités de proximités manuelles qui ne seront concurrencées que par des robots à terme (ne les sous-estimons pas, les robots kiné arrivent sur le marché dans la décade) couture, restauration, coiffure, marchés frais, agriculture, transformations des produits frais, bâtiment, transports, énergie- pour une grande part),…
  • les activités de régulation de l’espace public ou personnel (police, juges, assistants sociaux, …
  • les activités de formation, d’instruction, d’aide et d’éducation,  coachs sportifs ou autres, musées, services aux personnes âgées…

Tout le reste peut-être fait dans n’importe pays du monde, non seulement la fabrication mais aussi la recherche.

 

Faisons un zoom sur les évolutions majeures

Parmi les points clés qui modifient  notre façon de sentir, penser et faire :

  • La relativisation de l’écrit, avec l’irruption du multimédia
  • Le sentiment de no future
  • La relativisation des frontières entre le réel et le virtuel avec le développement de la simulation simultanée et  avec  la raréfaction des paysans et artisans.
  • La difficulté de distinguer le vivant du  viral
  • La prise de conscience du caractère irréductible de l’inconnaissable avec Goëdel, de la prégnance de l’incertitude avec la théorie du chaos.
  • La remise en question  par les « nomades » des sédentaires.
  • La montée en puissance, on va dire des énergies Yin sur les énergies Yang pour indiquer à la fois la place essentielle des femmes et l’irruption du  débat sur les genders.
  • La profusion quasi gratuite de l’information.
  • Le caractère limité des ressources naturelles (contrebalancé, il est vrai par la croyance à la capacité de l’homme à inventer de nouvelles sources illimitées).
  • La conscience de l’ambivalence homo-demens homo-sapiens.
  • L’irruption des nanos-mondes (dont les règles n’ont rien à voir avec les forces et autres concepts qui ont inspiré fortement le monde politique (Engels parlait de « parallélogramme des forces » pour faire l’analyse des classes).

 

Ce qui caractérise ces évolutions c’est qu’elles ne laissent guère de place à des réponses du genre faut traiter cela par des « droits » et des obligations, encore moins de simples indignations.

Et c’est précisément pour cela que l’écologie politique a de l’avenir.
A condition, à condition qu’elle mette en place concrètement des formes de prise de décisions et d’actions plus efficientes. Formes articluées plus des constructions que sur des peurs.
Formes qui ne peuvent être articulés que par l’écoute, la bienveillance, et le pouvoir créateur autour de quelques principes structurants fondamentaux :

 

1.    Considérer  en toute choses le  passé, le présent  et le futur

2.    Distinguer le court du moyen et du long terme.

3.    Se poser sans cesse les questions de « qu’est ce qui est opportun de  traiter maintenant, comment, avec quels alliés et à quel rythme ?« 

4.    Respecter la diversité des positions en posant partout quand c’est possible les trois questions fondamentales :« sur quoi  est-on en accord, sur quoi est-on en désaccord et comment  traiter les désaccords ?»

5.    Vérifier que sur tout sujet on a bien pris en compte les dimensions pratiques-mesurables ; sensibles – qualitatives et conceptuelles-incluant et excluant.

6.    Repérer dans quelle phase d’un processus une problématique se situe : phase d’expérimentation, phase de généralisation, phase de réajustements, phase  de conception.

7.    Identifier le maillon faible- pour faire évoluer une situation (et non le point médiatiquement en vogue).

8.    Prendre le temps d’éliminer les causalités bidons et faire de véritables choix.

9.    Veiller à ce que tout le monde  s’implique et s’exprime.

10.    Proposer  des calendriers  annuels  thématiques permettant à un maximum de gens  qui ont des multi activités de participer.

 

Toute critique de fond bienvenue

antoine.valabregue@gmail.com

Commentaire(s)