Tous les gens gagnent à être connus : ils gagnent en mystère.

Jean Paulhan

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

Apprendre au sein d'un cadre enchanteur naturel

masque  de Ferrières Patrick in Courrier International (cité par à l'école du possible) — 14/02/2011

L’école municipale Hermann Müller, située en zone rurale près de la ville de Joinville, dans l’Etat de Santa Catarina [sud du Brésil] est devenue un modèle d’éducation environnementale. Depuis quelques années, une expérience-pilote s’y déroule, durant laquelle apprendre à lire et à écrire se fait en lien avec la nature. L’école utilise des moyens révolutionnaires que personne n’ose critiquer : de fait, les élèves obtiennent d’excellentes notes en compréhension et en écriture. 

A propos de Silvane Aparecida da SilvaSa jeune directrice, Silvane Aparecida da Silva, a su allier avec succès l’éducation enfantine et l’environnement en développant une méthode pour apprendre à ces enfants de la campagne à lire et à écrire avec des fleurs et des poèmes. 

Dans le jardin cultivé et entretenu par les élèves sous la direction de jardiniers expérimentés, chaque fleur est associée à une lettre et les enseignants accrochent un poème dans chaque massif de fleurs. 

Ce “jardin enchanté” est aménagé avec des matériaux de récupération. Un chemin de pierre, l’“alphabet des fleurs”, débouche ainsi sur une maquette de la maison de Monet. Les enfants apprennent les mathématiques en construisant une zone pour faire pousser des orchidées qu’ils rendent à la nature lorsqu’elles sont assez grandes. Ils cultivent également des fleurs et s’occupent du potager, dont les fruits et les légumes vont directement à la cuisine de l’école. ..

L’une des particularités et des forces de l’école Hermann Müller réside dans la complicité qui règne entre les élèves et leurs parents ou les autres membres de leur famille, des gens de la campagne. Les enfants, explique Mme da Silva, forts de leur amour pour les oiseaux en tant que symboles de la liberté, parviennent à convaincre leurs parents d’ouvrir la porte des cages, de renoncer à les chasser et de remettre pièges et fusils à l’école.“Lorsque les enfants comprennent et aiment le lieu où ils sont nés, ils deviennent en grandissant des citoyens qui ont un engagement avec la terre où plongent leurs racines”, affirment les enseignants. 

cliquer  pour avoir l'article en entier.

 

 

 

 

Commentaire(s)