La culture française est faite par les insoumis qui aspirent à l'universel, on ne leur demande pas leurs papiers
Emmanuel Macron

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

La tentation de Pénélope

masque  TRÉGOUËT rené — 08/05/2010

Penser, aimer : j'ai reçu de ma famille deux autorisations capitales à grandir, nous dit  Belinda Cannone dans un livre très bien fait  de réflexions sur la situation de la femme et de l'homme.

Dans la suite de Simone de Beauvoir pour qui on ne nait pas femme mais on le devient!

Elle reconnait qu'il reste une masse insidieuse de représentations chez les hommes et les femmes qui ralentissent le mouvement d'émancipation  démarré depuis un siècle et qui a donné des résultats importants. Elle se solidarise au passage avec Badinter qui s'interroge pour savoir si "la notion simplificatrice de "domination masculine" n'est pas un concept obstacle".

Quand je peins ou fais du jardin, je ne suis pas une femme.

Elle estime  ainsi qu'il vaut mieux rechercher la liberté plutôt qu'une insaisissable identité.

Elle se démarque de façon assez convaincante des différentialistes qui insistent sur "différence-irréductible-et-à-chaque-instant-perceptible" et des genders studies qui tout en ayant le mérite de montrer que la masculinité comme la féminité n'est pas naturelle et est l'objet de construction, refusent de prendre en compte toute différence entre l'homme et la femme.


Pour elle la question n'est pas la différence mais la distinction des sexes.

Elle estime  ainsi que la disposition à enfanter (peut être plus pour longtemps) et le fait de jouir en étant pénétrée, crée des distinctions.
Au passage, elle mène une réflexion sur de nombreux plans, dont nous ne citerons que de timides extraits :

" est ce que l'inconscient freudien ne fonctionnerait pas comme une seconde nature, un peu comme le rôle de la nature au 19 ème siècle et qu'au fond l'inconscient pourrait être aussi plastique que le cerveau."

"est- ce que la psychanalyse a raison de mettre la découverte de la différence des sexes au fondement de la construction de l'identité individuelle".
Elle s'appuie longuement sur Françoise Héritier.

Elle nous livre ce qui pour elle rend un homme séduisant  et je vous recommande chaudement son livre.

Commentaire(s)