Un raseur : une personne de mauvais goût, qui s'intéresse plus à elle-même qu'à moi.
Pierce

idées

société

humanités

sciences

être

moteur de recherche

éditorial

agenda

Photo choisie au hasard

lettre d'info

contact

à propos

à l'école du possible

enjeux

connaissances

possible en actes

Imprimer cet article

La France république bananière ?

masque  Valabregue Antoine — 13/01/2005

On peut vraiment se le demander en étant informé des non procédures démocratiques pour être candidat à la présidentielle. (aucune obligation de rendre des comptes notamment)

Trois candidats Jean Marc Governatori Rachid Nekkaz et Nicolas Dupont Aignan avaient pourtant des promesses de plus de 500 signatures.

Un coup de fil de JM Governatori au conseil constitutionnel lui a indiqué qu'il avait 11 parainages sur 800 promesses.

Trois hypothèses sont donc apparues :

  • soit la plupart des élus n’ont pas tenu leurs promesses
  • soit la plupart des parrainages ont été invalidés par le Conseil constitutionnel, ce qui est fort peu probable car il y a habituellement à peine 1% de parrainages invalidés
  • soit la plupart des parrainages ne sont jamais parvenus au Conseil constitutionnel, car le courrier destiné au Conseil constitutionnel aurait mystérieusement disparu.

Mercredi 21 mars 2007 au matin, le conseiller de Jean Marc Governatori a évoqué ces hypothèses avec le candidat par téléphone, et lui a suggéré de déposer un recours, sachant qu’il était possible de connaître le nombre d’élus qui avaient envoyé un parrainage au Conseil constitutionnel en le leur demandant directement.

Quelques heures plus tard le secrétariat de Jean Marc Governatori recevait un appel anonyme leur affirmant : « nous sommes au courant de la conversation téléphonique de ce matin et nous vous conseillons vivement de ne pas entamer de procédure de recours, si vous tenez à rester en vie. Oubliez l’élection présidentielle. C’est un domaine réservé. »

Suite à cela, Jean Marc Governatori a décidé de ne pas entamer de procédure de recours pour pouvoir préparer sereinement les élections législatives avec son mouvement « La France en action ».

Dont acte !

Commentaire(s)